Histoire de la dissuasion nucléaire


Cet enseignement, animé par Fréderic Gloriant et Dominique Mongin, se déroule au premier semestre le mardi après-midi de 16h à 18h au 45 rue d’Ulm. Son objectif est de mettre en perspective l’histoire de la dissuasion nucléaire sur le plan des relations internationales, des origines à nos jours. Cela impliquera de dater et définir le concept de « dissuasion » et d’étudier son apport aux politiques de défense et de sécurité depuis maintenant plus de sept décennies. Pour ce faire, ce cours s’efforce de mettre en exergue la révolution scientifique, technologique – mais surtout stratégique et politique – induite par le développement des applications militaires de l’énergie atomique. La dimension didactique de ce cours se manifeste en suivant un découpage à la fois chronologique et thématique, en mettant en avant les faits et les principaux acteurs, et en faisant état des recherches historiques les plus récentes.

Cet enseignement compte pour la mineure Géopolitique et Diplomatie. Il est commun au Master 2 «Relations internationales» de l’INALCO, au Master ENS/Paris 1 Géopolitique et au Master PSL Peace Studies.

 Contact : ciens@ens.fr 

Format

  • Au premier semestre, il est prévu douze séances de cours hebdomadaires le mardi de 16h à 18h, à partir du 19 septembre 2023. Le programme de l’enseignement est disponible sous format PDF à la fin de cette page.
  • Ce cycle de cours est ouvert à tous les étudiants intéressés.

Septembre 202319, 26
Octobre 20233, 10, 17, 24
Novembre 20237, 14, 21, 28
Décembre 20235, 12

Validation de 6 crédits ECTS pour les élèves de l’ENS. Pour les étudiants des autres Universités avec qui ce cours est mutualisé, le système est différent et dépend de la maquette des enseignements du cursus concerné.

L’ensemble des séances aura lieu au 45 rue d’Ulm, en Salle F (1e étage, près de l’escalier D).

Objectifs

Comment les découvertes initiales dans le domaine de l’énergie atomique ont-elles pu se concrétiser des décennies plus tard par des armements d’une puissance inconnue jusque-là ? Comment est-on passé d’une arme « super-conventionnelle » à une arme « politique », dont l’objectif est d’inhiber un agresseur potentiel de passer à l’acte, de le « dissuader » ? L’objectif de la dissuasion nucléaire aurait-il pu être atteint s’il n’avait pas été démontré au préalable les dégâts inacceptables que l’arme nouvelle est susceptible de provoquer ? Idem s’il n’avait pas été prouvé que ces armements fonctionnent et donc qu’ils sont opérationnels, c’est-à-dire « prêts à l’emploi », en dernier recours et en riposte à une première frappe ? Peut-on parler d’arme de « non-emploi » ou est-ce un contresens ? Que recouvrent les notions d’« autonomie stratégique » et de puissances nucléaires « secondaires » ? Quels ont été les défis posés par la dissémination des armes nucléaires dans le monde et par le régime de non-prolifération ? Quid de la réalité du désarmement nucléaire ? Peut-on dresser une typologie des « crises nucléaires » ? La dissuasion nucléaire a-t-elle été opérante pendant la Guerre froide et quelle est son utilité depuis ? Comment écrit-on cette histoire ? Comment la représente-t-on dans le champ culturel ? Autant de questions qui seront abordées dans ce cours.

Modalités de l’évaluation

  • La note qui conditionne l’obtention des crédits ECTS attribuée à chaque étudiant, sera calculée à partir des exercices suivants :
  1. Une note de lecture à propos d’un texte emblématique (archive, texte littéraire, discours…) relatif au nucléaire militaire, sélectionné en concertation avec l’enseignant.
  2. La réalisation d’un exercice de mise en situation historique, sous forme d’une note fictive à l’attention d’un décideur politique. Un éclairage méthodologique sur cet exercice aura été apporté au préalable par l’enseignant.
  • La présence régulière des étudiants est requise : l’absence non justifiée à plus de deux séances de ce cours entraînera sa non-validation.

Notice biographique des enseignants

Fréderic Gloriant est Directeur du CIENS et Maître de Conférences en histoire contemporaine (Nantes Université, CRHIA – en détachement à l’ENS-Ulm). Ses domaines de recherche portent sur l’histoire de la guerre froide, les rapports franco-britanniques et les questions nucléaires et stratégiques.

Ouvrages et articles :

  • Le Schisme franco-britannique : de Suez au veto de 1963, Presses Universitaires de Rennes, 2023. https://books.openedition.org/pur/190621
  • France, Germany and Nuclear Deterrence. Quarrels and Convergences during the Cold War and Beyond, Berghahn Books, 2022 (ouvrage collectif co-dirigé avec Nicolas Badalassi).
  • « To Adapt to the Cold War Bipolar Order? Or to Challenge It? Macmillan and de Gaulle’s Rift in the Face of the Second Berlin Crisis », Cold War History, vol. 18, n° 4 (2018), p. 465–83 https://doi.org/10.1080/14682745.2018.1434509
  • « Leçons à tirer de la seconde crise de Berlin (1958-1963) à propos des relations nucléaires actuelles avec la Russie et les Etats-Unis », Champs de Mars, supplément au n° 30 consacré à « La relève stratégique », Paris, Presses Universitaires de Sciences Po, 2018, p. 347-355.
  • « Londres et la proposition gaullienne de ‘directoire nucléaire tripartite’ de septembre 1958 : réception, conséquences, symbole », dans Jurgensen, Céline et Mongin, Dominique (éd.), Résistance et Dissuasion – Des origines du programme nucléaire français à nos jours, Paris, Odile Jacob, 2018, p. 235-258.

Dominique Mongin est docteur en histoire (Université de Paris I Panthéon-Sorbonne) ; sa thèse, soutenue en 1991 sous la direction du Professeur Maurice Vaïsse, était intitulée : « La genèse de l’armement nucléaire français (1945-1958) », c’était la 1ère thèse d’histoire sur le sujet en France. Il a travaillé successivement au Ministère de la Défense (Cabinet du Ministre, Centre des hautes études de l’armement), à l’Autorité de régulation des télécommunications, ainsi qu’au sein du service du Premier Ministre en charge des questions de défense et de sécurité nationale (SGDSN), avant de devenir rapporteur à la Commission du Livre blanc sur la défense et la sécurité nationale de 2008. Depuis plusieurs années, il enseigne à l’Institut National des Langues et Civilisations Orientales (INALCO) et à l’Ecole Normale Supérieure (ENS-Ulm).

Ouvrages : 

  • « Histoire des forces nucléaires françaises depuis 1945 » (co-écrit avec Marcel Duval), Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?,1993
  • « La bombe atomique française (1945-1958) », éditions Bruylant / LGDJ, 1997
  • « Crises et conflits au XXème siècle », éditions Armand Colin, 2014
  •  « Résistance et Dissuasion – Des origines du programme nucléaire français à nos jours » (co-dirigé avec Céline Jurgensen), éditions Odile Jacob, 2018
  • « Dissuasion et Simulation – De la fin des essais nucléaires français au programme Simulation », éditions Odile Jacob, 2018
  • « Les cinquante discours qui ont marqué la Seconde Guerre mondiale », Archipoche, 2019
  • « La Direction des applications militaires (CEA/DAM) au cœur de la dissuasion nucléaire française – De l’ère des pionniers au programme Simulation », CEA, 2020
  • « Histoire de la dissuasion nucléaire depuis la Seconde Guerre mondiale », Archipoche, 2021. Prix Edmond Fréville – Pierre Messmer de l’Académie des sciences morales et politiques (2022).
  • « Les essais nucléaires en Polynésie française – Pourquoi, comment, et avec quelles conséquences ? », CEA, 2022